chainehumaine.org
Accueil du site > 11 mars 2012 : chaîne humaine Lyon-Avignon > Revue de presse et journaux TV > Avignon : une chaîne humaine d’un kilomètre contre le nucléaire

La Provence

Avignon : une chaîne humaine d’un kilomètre contre le nucléaire

Hier, près de 900 personnes ont manifesté, main dans la main, autour des remparts.

Ah, si tous les écolos du monde voulaient se donner la main... ils parviendraient peut-être à imposer une sortie rapide du nucléaire. C’est en faisant ce rêve-là qu’un collectif d’associations organise régulièrement à Avignon, depuis maintenant six mois, des chaînes humaines de plus en plus spectaculaires. Après avoir réuni 500 personnes le 24 septembre sur le pont Daladier puis 600 le 15 octobre entre la gare et la porte Limbert, le réseau "Sortir du nucléaire", Greenpeace ou encore l’association CREAvignon sont parvenues à mobiliser hier près de 900 personnes pour une nouvelle chaîne qui, partie en début d’après-midi de la place du palais, s’est déployée le long des remparts de la cité des papes. Elle a couvert un bon kilomètre, les manifestants se déployant de la poterne de l’oratoire jusqu’au grenier à sel avant de faire le tour complet des remparts.

JPEG - 57.8 ko
Une chaîne d’un kilomètre le long des remparts : Les associations anti-nucléaire semblent gagner du terrain... Photo Ange Esposito

Main dans la main, en scandant des slogans choc : "Inactif aujourd’hui, radioactif demain", "Éteignez les centrales, allumez vos cerveaux !" ou encore "Non à Sarkoshima", en référence à la fois à la récente visite du président de la République à la centrale du Tricastin et à l’accident nucléaire de Fukushima. De la centrale japonaise, il fut d’ailleurs beaucoup question et la date de cette nouvelle chaîne humaine n’avait pas été choisie au hasard, puisque c’était hier l’anniversaire des neuf mois de la catastrophe. "Fukushima a fait s’effondrer le mythe du nucléaire sûr et montré la nécessité de mettre en place une véritable révolution énergétique, estime Jean-Pierre Cervantes, porte-parole du collectif. D’autant que le prix des énergies renouvelables va bientôt croiser celui du nucléaire avant d’être inférieur !"

Venu de Lyon, Philippe Meirieu, vice-président de la région Rhône-Alpes engagé auprès d’Europe écologie - Les Verts, a pour sa part martelé que "le nucléaire, c’est un danger pour nous et nos enfants, à nos portes". Et d’enfoncer le clou sur le plan politique en dénonçant "la spéculation à laquelle se livrent les grands groupes qui veulent transformer toute la vallée du Rhône en "show room" du nucléaire pour vendre notre technologie à l’étranger". Les antinucléaires ont bien sûr les candidats à la présidentielle de 2012 en ligne de mire et comptent bien, dans les prochains mois, enchaîner les initiatives.

Joël RUMELLO
Source : http://www.laprovence.com/article/a...

Soutenir par un don