chainehumaine.org
Accueil du site > 11 mars 2012 : chaîne humaine Lyon-Avignon > Revue de presse et journaux TV > La chaîne humaine Lyon - Avignon : "plus de monde que le meeting de (...)

Lyon-actualités

La chaîne humaine Lyon - Avignon : "plus de monde que le meeting de Villepinte"

La chaîne humaine de la vallée du Rhône, organisée par un groupement d’organisations (Sortir du Nucléaire, Sud Rail, Agir pour l’Environnement, Greenpeace, Fondation France Libertés...) et soutenue par l’auteur d’"Indignez vous" Stéphane Hessel, a connu un succès inattendu ce dimanche 11 mars 2012. Le nombre de participants a largement dépassé celui des militants UMP rassemblés à Villepinte pour le meeting de Nicolas Sarkozy, ce dont s’est félicitée la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot . La candidate aux élections présidentielles Eva Joly, qui a effectué récemment un déplacement sur les lieux de la catastrophe de Fukushima, ajoutait en 140 signes sur twitter : "60 000 personnes entre Lyon et Avignon contre le nucléaire. Historique et plein d’espoir".

"Lyon-Avignon, la même distance que celle qui sépare Fukushima de Tokyo !" "Simples citoyens et militants de longue date venus de toute la France, riverains des centrales et habitants des régions voisines, se sont ainsi donné la main sur 230 km, au cœur de la zone la plus nucléarisée d’Europe, soit la distance séparant Fukushima de Tokyo", indique le communiqué des organisateurs repris par Enviscope. chaîne+humaine+Cruas

ls ont ainsi voulu démontrer que la sortie du nucléaire, actée par des pays comme la Suisse, l’Allemagne ou le Japon, est désormais une aspiration forte partagée par les citoyens français. Comment sortir du nucléaire ? Des spécialistes avancent des solutions : Si le Japon a pu mettre à l’arrêt en moins d’un an la quasi totalité de ses réacteurs et si l’Allemagne s’est engagée sur le même chemin, c’est bien qu’il est possible de se dégager d’une production dangereuse sans pour autant retourner à l’éclairage à la bougie... C’est ce que démontre de son côté l’association Négawatt, qui propose de "traquer les gaspillages énergétiques, isoler les bâtiments, améliorer l’efficacité énergétique, développer des énergies alternatives propres, sûres et créatrices d’emploi". Les opposants au nucléaire se défendent de vouloir "mettre au chômage" les employés du nucléaire : "La filière du démantèlement est au contraire une activité d’avenir et les ingénieurs formés auront du travail pour toute leur vie", martèle la candidate EE-LV Eva Joly. Quant aux solutions techniques proposées, elles sont créatrices d’emplois, pour la plupart non délocalisables : il s’agit non seulement de réduire la consommation d’énergie (ce qui a déjà permis au Japon de se passer de plusieurs réacteurs), mais aussi d’isoler l’immobilier ancien, de construire des bâtiments à énergie positive, d’établir une prospective sur le lien entre urbanisme et mobilités, de re-localiser sur les territoires des filières agricoles, de développer des énergies alternatives... Tout un programme que "seul le gouvernement français persiste à nier, dans sa fuite en avant sous l’emprise du lobby nucléaire"... Gilles Roman (redaction LYonenFrance.com)

Soutenir par un don