chainehumaine.org
Accueil du site > 11 mars 2012 : chaîne humaine Lyon-Avignon > Revue de presse et journaux TV > « La chaîne humaine va montrer qu’une majorité de l’opinion publique est pour la (...)

Libération

« La chaîne humaine va montrer qu’une majorité de l’opinion publique est pour la sortie du nucléaire »

NUCLEAIRE - Les organisateurs annoncent une mobilisation monstre. Ce dimanche, à partir de 13h30, une « chaîne humaine pour sortir du nucléaire » va se mettre en place entre Lyon et Avignon, le long de la nationale 7.

Pour Philippe Brousse, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, « cet événement va montrer qu’une majorité de l’opinion publique est pour la sortie du nucléaire ». Objectif : « établir un rapport de force avec ces élites coupées des populations, qui nous imposent le danger nucléaire et la politique de l’autruche face aux enjeux environnementaux majeurs du XXIe siècle ».

Pour l’heure, les politiques en question brillent surtout par leur absence. Aucun leader de droite et du centre ne sera présent. Et même le PS a décliné l’invitation. « Nous en avons discuté, et nous sommes tombés d’accord pour ne pas y aller dans la mesure où la position de François Hollande est connue. Il l’a explicitée à plusieurs reprises. Et je pense personnellement que la réduction de 75 à 50% de la part du nucléaire à l’horizon 2025, me paraît un programme excellent pour la mandature qui vient », explique Marie-Hélène Aubert, ex-élue Europe-Ecologie-les-Verts (EELV), aujourd’hui responsable du pôle « environnement, développement durable, énergie » de l’équipe de campagne de François Hollande.

A 12h30, Philippe Poutou, candidat du NPA à l’élection présidentielle est là le premier. Son parti est pour la sortie du nucléaire. De la journée d’aujourd’hui, il n’attend pas de miracle : « C’est une étape plus qu’un tournant. Il faut construire la bataille ».

Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche n’est pas présent. Il est représenté par Corinne Morel Darleux, du Parti de gauche. Explication, si le Parti de gauche est favorable à la sortie du nucléaire, le PC est divisé. D’où la solution proposée par Jean-Luc Mélenchon d’organiser un débat public sur le sujet, suivi d’un référendum. « Ca évite la décision sur ce qu’on défend vraiment », tacle Philippe Poutou.

Egalement absente et représentée, Corinne Lepage, présidente de Cap 21 qui prône le « réformisme » écologique. Elle est favorable à la fermeture de l’ensemble des centrales.

Absent également François Bayrou représenté par Jean-Luc Bennahmias, ex-Verts, aujourd’hui vice-président du Modem. « Pour François Bayrou, l’énergie nucléaire est une énergie de transition », rappelle Bennahmias. Pour lui, « l’accord Verts-PS est un bon accord » car « il permet de faire baisser la dose d’énergie nucléaire ». « Oui, dans les années qui viennent, des réacteurs nucléaires fermeront, ajoute-t-il, à Fessenheim et au Tricastin, des réacteurs fermeront, car ce sont les plus anciens et les plus dangereux ».

Présente en personne, Eva Joly, candidate d’EELV, accompagnée de Dominique Voynet, ex-ministre Verts de l’environnement. « Je suis la candidate de la sortie du nucléaire », déclara Joly. Ajoutant : « depuis les accidents majeurs de Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima, cela devient une obligation pour les hommes et femmes politiques de conduire une politique de sortie du nucléaire car il s’agit d’un risque que nous ne pouvons plus prendre ».

Catherine Coroller

Soutenir par un don