chainehumaine.org
Accueil du site > 11 mars 2012 : chaîne humaine Lyon-Avignon > Revue de presse et journaux TV > Les antinucléaires préparent leur réaction en chaîne humaine

La Provence

Les antinucléaires préparent leur réaction en chaîne humaine

Après Fukushima, des chaînes ont été organisées tout au long de 2011 à Avignon jusqu’à celle de décembre dernier autour des remparts qui a rassemblé 900 personnes.

Les anti-nucléaires ont certainement beaucoup de défauts mais il en est un qu’on ne peut pas (plus) leur faire, celui de ne pas savoir faire passer leurs idées. Ces autodidactes passés pros de la com’ ont appris, sur le tas des années de militantisme, d’actions coups de poing en procès retentissants, à manier cet art à l’égal des plus grandes marques et des politiques les mieux coachés.

Depuis un an maintenant, ils travaillent à un grand "événementiel" qui devrait faire parler au-delà des frontières : organiser une immense chaîne humaine d’Avignon à Lyon (rien que ça !) et faire entendre, tous main dans la main sur les 230 km qui séparent les deux villes - la vallée du Rhône est considérée comme la région la plus nucléarisée d’Europe - leur vision d’un monde débarrassé de l’énergie atomique. "Enchaînez-vous pour vous libérez !" Aujourd’hui, ils le savent, il n’y a pas d’action sans un bon slogan qui percute les consciences et s’arrime aux cervelles à l’insu de leur plein gré. Aussi, les tenants du Réseau sortir du nucléaire - RESF qui fédère 937 associations au niveau national - ont soigné les éléments de langage et présentent leur initiative comme une "réaction en chaîne humaine" contre le nucléaire.

Paradigme de la non-violence

Pour esquiver l’écueil de l’activisme qui a trop souvent desservi le mouvement et pour donner plus de poids à leur action, ils réinterprètent le paradigme de la non-violence en présentant cette action comme "ludique et pacifique". Tout au long de cette grande chaîne, il y aura donc de la musique, des chants, de la bonne humeur et aussi des stands à thème présentant qui les dangers du nucléaire, qui les alternatives possibles... Pour la symbolique, le jour retenu pour l’événement, le 11 mars, est la date anniversaire de la catastrophe de Fukushima, le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl en 1986. Partout dans le monde (Allemagne...), d’autres chaînes seront organisées sur le même modèle pour donner à cette action une dimension planétaire.

Avignon à la pointe du combat

"Cette date marquera un tournant pour la sortie du nucléaire, s’enthousiasme Jean-Pierre Cervantès qui supervise l’organisation sur le tronçon Avignon-Bollène, si vous vous voulez écrire l’histoire, soyez-là le 11 mars". C’est notamment grâce à cet homme qui préside l’association "Cré Avignon" depuis 2008 et organise des chaînes humaines à l’échelon local tous les mois depuis la catastrophe de Fukushima, que la cité des Papes peut se prévaloir d’être l’une des sources d’inspiration de l’événement du 11 mars prochain. Pour appuyer ce formidable "happening", des conférences et des apostrophes aux candidats à la présidentielle seront lancées.

Adresser un message au plus grand nombre

Deux jours plus tôt à Avignon, un colloque ouvert au public rassemblera un aréopage d’anti-nucléaire éclairés qui présenteront les différents aspects de leur réflexion. À l’instar de la fission nucléaire, la réaction en chaîne humaine de RESF, pour ne pas s’emballer, devra être parfaitement maîtrisée et encadrée. Pas question qu’un incident vienne ternir le tableau. Aussi, l’organisation a fait l’objet d’un soin aussi attentif que la communication. Avec tout ça, les anti-nucléaire pensent tenir le combustible enrichi pour faire tourner à plein le réacteur de la machine médiatique et, au bout de la chaîne, adresser leur message au plus grand nombre.

Infos : www.chainehumaine.org

Romain CANTENOT

Soutenir par un don